Foto

Photographer's Note

Le pendule de Foucault au Panthéon de Paris, 5e arrondissement.

La première démonstration publique eut lieu à l'observatoire de Paris en 1851, avec un pendule de 11 mètres. L'invitation à des spectateurs sélectionnés disait: "Vous êtes invités à être les témoins de la rotation de la Terre, dans le hall sud de l'Observatoire de Paris, demain à deux heures trente."

Quelques mois plus tard, le pendule colossal installé au Panthéon par Foucault et l'ingénieur Froment, était constitué d'un fil de 67 mètres et d'une sphère en laiton de 28 kg. Un autre, plus modeste, construit à l'occasion de l'exposition de 1855, était entretenu à l'aide d'un électroaimant, ce qui est remarquable pour l'époque. C'est ce dernier pendule qui a inspiré l'écrivain Umberto Eco, et qui est exposé au musée national des techniques. L'expérience a été reprise en 1902 par l'astronome Camille Flammarion et l'ingénieur Berget. Le grand pendule de 1851 a de nouveau été présenté au Panthéon au cours de l'hiver 1995-1996.

La période du pendule du Panthéon était d'un peu plus de 16 secondes et l'amplitude de l'oscillation atteignait près de 3 mètres (soit 6 mètres d'une extrémité à l'autre, ce qui bien sûr était très impressionnant. Un cercle gradué, de 18 mètres de circonférence était utilisé pour les mesures. De plus, une pointe, située sous la sphère du pendule, traçait à l'extrémité de chaque oscillation un sillon dans du sable humide. Grâce à cette longue période et au grand débattement du pendule, autorisé par la hauteur du dôme du Panthéon, l'écart entre deux sillons était de plus de 2 m/min. Cet écart était donc très facilement observable et le faible amortissement du pendule permettait, selon la chronique de l'époque de poursuivre les observations durant 5 heures.

Si, par suite d'un mauvais lâcher du pendule, la pointe de celui-ci décrit une trajectoire dont la projection est trop elliptique, l'expérience échoue. Pour éviter cela, la sphère, au début de l'expérience, était maintenue écartée de la verticale par une cordelette de soie. Cette cordelette entourait la sphère au niveau de son centre de gravité et la solidarisait à un pylône. Toutes oscillations résiduelles ayant disparu, la cordelette était brûlée, en grande cérémonie, au moyen d'une bougie. La sphère était ainsi libérée sans se voir imprimer la moindre vitesse transverse au mouvement souhaité. Bien sûr à l'époque, col dur, redingote à queue de pie, et chapeau haut de forme, étaient indispensables pour participer à une telle expérience scientifique, ce qui ne manquait pas de panache. En rêvant du spectacle donné par ces prêtres du "rationalisme triomphant", on ne peut que regretter que toutes ces traditions aient disparu.

Cette expérience eut un immense succès populaire et un grand retentissement dans le monde entier où elle fut reproduite, dans de nombreux pays, dès les mois suivants.

http://www.ecolebizu.org/museecommunication/electrom/PenduleFoucault.html

edcone, jacquest, bergese ha contrassegnato questa nota come utile

Photo Information
Viewed: 1601
Points: 12
Discussions
  • None
Additional Photos by Diane Vaillancourt (divail) Gold Star Critiquer/Silver Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 603 W: 24 N: 933] (8334)
View More Pictures
explore TREKEARTH